1408968919_featured.png

Quand les bracelets de Jawbone mesurent les effets d’un séisme en Californie

By | Non classé | No Comments

Cette nuit, un tremblement de terre a secoué le nord de la Californie. Jawbone, qui commercialise des bracelets connectés, vient de publier une étude portant sur l’incidence de cet événement en fonction de la distance de ses utilisateurs. Un exemple parmi d’autres de ce qu’il est possible de faire avec ce genre de produits.

Cette nuit, les États-Unis ont été touchés un séisme, qualifié par certains comme étant le plus important de ces 25 dernières années, qui a fait plusieurs dizaines de blessés. D’une magnitude de 6.0 sur l’échelle de Richter, son épicentre se trouve à quelques kilomètres de la ville de Napa, à proximité de San Francisco. Bien évidemment, les retours ont été nombreux et très rapides sur Twitter, le réseau social ayant déjà été utilisé à de nombreuses reprises comme vecteur d’informations dans ce genre de situation.

 

Au-delà des réseaux sociaux, une autre catégorie de produits s’intéresse à ce caprice de la nature : les bracelets connectés. Jawbone vient ainsi de mettre en ligne un graphique représentant le nombre de personnes réveillé en pleine nuit juste après le tremblement de terre. Quatre zones sont prises en compte, de la plus proche de l’épicentre à la plus éloignée :

  • Napa, Sonoma, Vallejo et Berkley 
  • San Francisco, Oakland et Santa Rosa
  • Sacramento et San Kose 
  • Modesto et Santa Cruz

 

 

 
Parmi les trois villes qui sont à une vingtaine de kilomètres de l’épicentre, 93 % des utilisateurs d’un bracelet Jawbone étaient levés à 3h20, du moins si l’on en croit les données recueillies par la société. Sur le deuxième cercle (entre 40 et 80 km), 55 % étaient debout, les autres continuant à dormir normalement. Le pourcentage tombe rapidement pour ne plus devenir vraiment significatif au niveau de Modesto et Santa Cruz.

Mais d’autres données sont intéressantes à analyser : sur le premier cercle, 74 % des clients Jawbone se sont levés à 3h25 du matin (où sont tombés de leur lit). 5 minutes plus tard, on descendait à 65 % et seulement 57 % au bout de 5 minutes supplémentaires, soit une baisse de 17 points en 10 minutes.

Au-delà des chiffres, un des aspects de cette démarche concerne les données récoltées par Jawbone sur ses clients et la manière dont elles sont traitées. Un sujet d’actualité qui inquiète certains et sur lequel la CNIL commence à s’intéresser. En effet, dans un article du 28 mai 2014, l’institution donne quelques conseils pratiques du « quantified self ». En voici quelques-uns : 

  • Préférez l’utilisation d’un pseudonyme sur les plateformes où vos données peuvent être publiées.
  • N’automatisez pas le partage de vos données vers d’autres services
  • Ne partagez les données qu’avec un cercle de confiance 
  • Effacez et/ou récupérez vos données lorsque vous n’utilisez plus un service

Si l’utilisation des données semble pour le moment limitée, rien ne dit que cela sera toujours le cas à l’avenir. Comme on peut le voir, il est aisé d’établir des courbes du sommeil pour une population donnée dans un périmètre géographique… mais cela pourrait aller bien plus loin.

Un article lu sur netimpact : par 

7 Of The Most Frustrating Things About Being An Entrepreneur

By | Electron libre | No Comments

1. The Time it Takes to Raise Money

Phil Chen“If I could change one thing about being an entrepreneur, it would be the amount of time it takes to raise money. Raising money is an all-consuming task entrepreneurs have to undertake. Though important, it takes away from developing your business and leading your organization.”

– Phil ChenSystems Watch

2. The Uncertainty

Mitch Gordon“There is only so much you can control as an entrepreneur. Even if you do everything right, your idea might be just a bit too early or a bit too late. That level of uncertainty can take a toll on you over time. The uncertainty can be a drug that some entrepreneurs thrive on, but it can also be be overwhelming. If I could have all the highs of running a startup without the uncertainty, life would feel much more stable (wishful thinking!).”

– Mitch GordonGo Overseas

3. The Stereotypes

Susan LaMotte“The assumption is that all entrepreneurs are guys in their 20s, running hip tech companies in a cool office. I’m almost 39, soon to be a mom, and running a virtual services company with employees across the U.S. I’m not pulling all-nighters (though I soon will be with a baby) and I’m not out at social events or meet ups every night of the week. I wish I could change the stereotype and show the world that entrepreneurs come in all forms.”

– Susan LaMotteExaqueo

4. The Skewed Perceptions

ben rubenstein

“Most people think — and popular culture reinforces it — that entrepreneurs are young programmers without much business knowledge. The reality is that the vast majority of entrepreneurs aren’t in the technology sector. While some invent new technologies, others start nonprofits or small businesses, or become franchise business owners. At Yodle, we work with 45,000 dentists, plumbers, contractors, etc., who are all successful entrepreneurs.”

– Ben RubensteinYodle

5. The Constant Work

Juliette Brindak“Even when I’m relaxing or on vacation, I’m never fully doing any of those things. My company is always in the back of my mind. It’s good because I’m inspired by random events and things I would never have thought about. But it can be bad because I’m never not working or out of the office. I think entrepreneurs’ brains are wired to always be thinking and looking at ways to grow and expand, but sometimes I wish I could just turn it off.”

– Juliette BrindakMiss O and Friends

6. The Roller Coaster Ride

“I love being my own boss, but I hate the daily dose of negative news that come with being one. With highs and lows and unexpected twists and turns, you have to have the stomach for the roller coaster ride of being an entrepreneur. But I’d be happy to do without all of the lows. I’m tired of saying “whatever doesn’t kill you makes you stronger.” If that was true, I’d be ready to fight superman.”

– Michael SinenskyVillage Pourhouse

7. The Attitude Towards Failure

Firas Kittaneh“It is never easy to stomach your first failure. That said, if everyone around you was more supportive of failure, I think more people would become entrepreneurs instead of constantly being afraid to do anything. Failure doesn’t have to be an embarrassing thing. At least for me, I consider each experience a new opportunity to learn what works and what clearly doesn’t. We should all have a healthier attitude towards risk-taking.”
– Firas KittanehAmerisleep

Source

AUTOUR DU MONDE À BORD DU ZEPPELIN

By | Electron libre | No Comments

À la fin de l’été 1929, le Graf Zeppelin fait le tour du monde en vingt et un jours. Ce film nous fait revivre ce voyage historique à travers le récit à la première personne de lady Grace Drummond-Hay. Seule femme à être montée à bord, cette journaliste faisait partie de la vingtaine de personnalité invitées dans des conditions luxueuses à bord de cet énorme dirigeable. Inspiré des six cents lettres, des articles et des notes qu’elle a laissés, le documentaire restitue toute l’atmosphère de cette extraordinaire épopée : l’aventure périlleuse d’un engin résultant d’un exploit technologique, la vie à bord, l’histoire d’amour tragique qui lie la protagoniste à un confrère, et, à travers les fenêtres du zeppelin, le contexte de l’époque. Époque qui fait écho à la nôtre, car, quelques semaines après ce voyage, un crash boursier bouleversa le monde… Une invitation à un splendide voyage historique uniquement constituée d’archives assemblées avec subtilité, restaurées et assorties d’une bande sonore soignée.

Maintenant, vous pouvez innover sereinement. CONTACT
Steve RAFFNER Conseil en innovation, internet, réseaux sociaux
Votre projet en 3 lignes.
Envoyer